INCENDO
Sur le rapport entre genres & classes. Revue de presse & textes inédits
Vietnam : sur les travailleurs migrants
Categories: Monde : Asie, Travail
ouvrières vietnamiennes

Les ouvriers parqués dans la précarité

Mal informés, peu instruits, les ouvriers employés dans les zones industrielles (ZI) sont l’objet de nombreux abus. Leurs intérêts et leurs droits sont tout sauf être garantis. Et les employeurs ne sont pas les seuls mis en cause. Explications.
Trân Thi Phuc, 20 ans, ouvrière du géant coréen de l’électronique Samsung, est l’une des deux locataires d’une chambre de 12 m² dans le village de Yên Lac, district de Yên Phong, ville de Bac Ninh (Nord). Elle vit dans des conditions spartiates équipés d’un seul lit, d’une caisse en bois et d’une petite gazinière. «Je gagne près de 4 millions de dôngs par mois. Mais, je dois réserver 700.000 dôngs pour payer le loyer, sans compter les autres dépenses pour la nourriture, l’électricité, l’eau… Je ne peux rien mettre de côté pour ma famille», explique Phuc.

Des conditions de vie difficiles

La compagnie électronique Samsung, située dans la province de Bac Ninh, a pourtant construit un pensionnat pour ses ouvriers. Problème, il ne répond qu’à un tiers des besoins. «Je n’ai pas de place dans cet internat. Je dois donc louer un logement à 10 km du centre du district. Après le travail, je n’ai aucune activité de loisir. Ici, aucune chambre à louer n’est équipée d’un poste de télévision», déplore la jeune femme.

La situation n’est guère plus reluisante du côté du couple de Nguyên Van H, ouvrier dans la zone industrielle de Dai An. Le foyer loue un logement dans la commune de Tiên Dông, district de Tu Ky, province de Hai Duong (Nord). Et ce sont des voisins qui s’occupent d’aller chercher leurs enfants après l’école, puisqu’eux doivent travailler tard dans la soirée.

«En raison de notre faible revenu et des mauvaises conditions de travail, nous avons beaucoup de mal à vivre», fait savoir M. Nguyên. «En raison des formalités complexes concernant les travailleurs migrants et du manque d’argent, les enfants des ouvriers doivent être confiés aux crèches privées peu coûteuses qui, pour la plupart, exercent leur activité sans permis», se plaint Mme Hoa, ouvrière employée dans la zone industrielle Bac Thang Long, à Hanoi.

«Cette situation n’est pas nouvelle dans les zones industrielles, estime Nguyên Thi Lan Huong, directrice de l’Institut des sciences du travail et de la société. Le manque de connaissances des travailleurs et le peu d’informations auxquelles ils ont accès font qu’ils sont nombreux à être exploités et à voir leurs droits non respectés».

Les droits bafoués

Actuellement, le pays recense environ 2,5 millions de travailleurs «migrants» (c’est-à-dire venus d’autres provinces). Dans les grandes zones industrielles, ils représentent 80% des employés. La plupart vivent dans des logements rudimentaires et n’ont pas accès à l’eau potable. Les enfants de ces ouvriers ne bénéficient pas des services d’éducation, de santé… des localités où ils sont logés, en raison de leur statut de migrants, qui leur en empêche l’accès…

Autre problème : «leurs connaissances sur la loi les concernant étant pour le moins limitées, ils ne sont pas en mesure de défendre par eux-mêmes leurs droits», souligne l’avocat Dô Ngân Binh. Selon une récente enquête menée par l’Organisation internationale du travail (OIT), aucun travailleur des provinces de Thanh Hoa et Quang Ngai (Centre) souhaitant travailler à l’étranger ne dispose d’informations concrètes sur les frais ainsi que les règlements du gouvernement les concernant.

Parmi les 300 travailleurs interrogés, la moitié ne connaît aucune organisation officielle et 95% ignorent qu’ils ont le droit de conserver leur passeport lors de leur mission à l’étranger. En outre, deux travailleurs sur trois n’ont aucune information sur le rôle des syndicats dans la protection et la défense de leurs droits.

La compétition accrue, l’instabilité et/ou le salaire minimum dérisoire obligent les ouvriers à effectuer des heures supplémentaires qui nuisent à leur santé. L’enquête fait aussi état du très bas salaire, alors que les frais (logement, charges, services…) appliqués dans les zones industrielles sont à l’inverse élevés. Les litiges opposant les travailleurs à leurs employeurs sont monnaie courante dans les entreprises à participation étrangère en raison des rudes conditions de travail et du non-respect des patrons pour les droits légaux des ouvriers. Autant d’éléments qui rendent la vie des ouvriers précaire à tous points de vue, eux qui tentent simplement de subsister.

Leave a Reply