INCENDO
Sur le rapport entre genres & classes. Revue de presse & textes inédits
Luttes pour le salaire ménager

Michel Simon, Alain Cohen

Trouvé sur le site Contretemps.

Les luttes pour le salaire ménager : théorie et pratique

À propos de l’ouvrage de Louise Toupin, Le salaire au travail ménager. Chronique d’une lutte féministe internationale (1972-1977), Montréal, les éditions du remue-ménage, 2014, 452 p.,

« Les femmes pour le salaire ménager » ont représenté un courant très discuté du féminisme de la deuxième vague. Après avoir suscité polémiques et débats passionnés, ce réseau international est presque tombé dans l’oubli, pour aujourd’hui renaître autour des récents travaux de Silvia Federici et des problèmes féministes contemporains. C’est l’occasion pour Morgane Merteuil de recenser l’étude de Louise Toupin, Le salaire au travail ménager. Chronique d’une lutte féministe internationale (1972-1977), qui revient utilement sur l’histoire de ce mouvement, sur son développement et sa marginalisation dans le féminisme mainstream. Une telle réappropriation se révèle plus que salutaire à l’heure où le féminisme s’interroge sur le care et où le débat sur le travail domestique réapparaît dans des termes renouvelés.

 

Active dès sa création dans le Front de Libération des Femmes du Québec – création sur laquelle elle revenait récemment dans un entretien vidéo publié sur la revue en ligne Raisons Sociales, et qui lui valut quelques semaines de prison – Louise Toupin est également alliée de longue date du mouvement des travailleuses du sexe, collaborant notamment avec l’association québécoise Stella, et auteure de plusieurs articles sur la question du « trafic » des femmes et son traitement par les mouvements féministes. Titulaire d’un doctorat en Science politique et chargée de cours à l’UQAM, elle compte également parmi les fondatrices des Éditions du remue-ménage, chez qui elle a déjà publié d’une part, avec Véronique O’Leary, une histoire du féminisme québécois, Québécoises deboutte ! (en deux tomes, publiés respectivement en 1982 et 1983), et d’autre part une anthologie de textes issus du mouvement des travailleuses du sexe, en codirection cette fois avec Claire Thiboutot et Maria Nengeh Mensah : Luttes XXX. Inspirations du mouvement des travailleuses du sexe (paru en 2011).

Dans son dernier ouvrage, Le salaire au travail ménager. Chronique d’une lutte féministe internationale (1972-1977), c’est un épisode oublié de l’histoire du féminisme qu’elle nous propose de découvrir : celui du Collectif Féministe International (CFI), qui s’est fondé au début des années 1970 autour de la revendication d’un salaire pour le travail ménager. Si l’on trouve quelques travaux consacrés à ce mouvement en langue anglaise (voir par exemple Elizabeth Homans, Wages for Housework in the Decade of Women’s Liberation), les références francophones sur le sujet sont particulièrement rares, voire inexistantes. C’est donc le résultat à la fois d’un énorme travail d’archives (dont les archives personnelles de Mariarosa Dalla Costa et de Silvia Federici), de traductions et d’entretiens, qui permet à Louise Toupin de remobiliser aujourd’hui l’histoire d’un mouvement qui participa tout de même, à l’échelle internationale, tant à la construction d’un réseau de militantes engagées dans des luttes locales, qu’à la production d’un important corpus théorique qui renouvelait l’approche marxiste à partir d’une perspective féministe.

LA SUITE.

 

Leave a Reply