INCENDO
Sur le rapport entre genres & classes. Revue de presse & textes inédits
Thaïlande : enquête sur la prostitution
Categories: Monde : Asie

Enquête sur le professionnalisme des travailleuses du sexe en Thaïlande

Note de l’auteur:
Lorsqu’il est question de l’industrie du sexe thaïlandaise, les clients étrangers sont tentés de se référer aux établissements de Soi Cowboy, Nana, Patpong et Pattaya. Bien moins connue, il existe également une industrie du sexe locale qui s’adresse aux Thaïlandais. Les établissements concernés se présentent généralement comme des instituts de bains, sauna et massage ou « ab ob nuad » en thaïlandais.

Les services proposés dans ces instituts, dont la majeure partie se concentrent autour de la rue Ratchadaphisek, diffèrent de ceux destinés aux touristes étrangers. Au lieu de spectacles sur scène tape-à-l’œil et d’actes sexuels exotiques, les clients de ces instituts se baignent avec les travailleuses du sexe avant le rapport sexuel. L’éventail de l’offre disponible diffère également. Le baiser est par exemple prohibé par la plupart des « masseuses ».

Existant depuis une cinquantaine d’années, cette industrie s’immisce dans la vie sexuelle des hommes thaïlandais qui souhaitent vivre des expériences « spéciales » avec des femmes exercées. Les masseuses, de leur côté, doivent se former et s’entretenir constamment afin de réussir dans cette industrie compétitive. De plus, comme pour n’importe quel autre service, les masseuses font l’objet d’évaluation par leurs clients sur les forums en ligne.

Dans cet article, qui traite uniquement des travailleuses du sexe entrées dans la prostitution de leur plein gré, la profession est analysée via une série d’interviews de mo nuad (spécialistes du massage) d’un institut de la province de Phitsanulok, dans le nord du pays. Les femmes y exposent les motivations qui les ont poussées à rejoindre cette industrie, la séparation entre vie professionnelle et personnelle, la « règle d’or » de la protection contre les MST ainsi que leurs aspirations et le futur qu’elle envisagent lorsqu’elles auront quitté cette industrie.

Première partie

Deuxième partie

SOURCE : alterasia.org

Leave a Reply