INCENDO
Sur le rapport entre genres & classes. Revue de presse & textes inédits
Japon : l’OCDE et les femmes
Categories: Monde : Asie

Mariana Yampolsky.1925-2002 (4)L’OCDE invite le Japon à encourager plus de femmes et de personnes âgées à travailler

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a pressé le Japon, lundi 11 avril, de faire de la relance de la croissance « sa priorité » et de mettre en place des réformes concrètes qui permettent de contrecarrer le déclin de la population active de l’Archipel.

« Le défi démographique du Japon est de taille, mais n’est pas insurmontable », a déclaré à Tokyo Angel Gurria, le secrétaire général de l’OCDE. Il demande à Tokyo de prendre des dispositions pour « stimuler la productivité et encourager plus de femmes et de personnes âgées à travailler ».

40 % de plus de 65 ans en 2050

Selon l’organisme, les changements démographiques au Japon ont eu un impact négatif de plus d’un demi-point sur le taux annuel de croissance économique du pays au cours de la période allant de 1999 à 2011.

Toutefois, l’évolution démographique (40 % de la population aura plus de 65 ans en 2050) ne sera pas pénalisante sur tous les plans si le Japon procède à des réformes structurelles. Bien que promises par le gouvernement conservateur du premier ministre Shinzo Abe, elles tardent à être mises en œuvre.

La longévité peut être un atout économique

« Le fait que les travailleurs et les consommateurs vivent plus longtemps est une bonne chose en soi et peut aussi être un atout économique », à condition que des changements aient lieu, souligne l’OCDE. « Avec les bonnes politiques, une longévité accrue des travailleurs et des villes moins denses, pourraient naître plus d’innovation, une meilleure croissance et un bien-être inédit », ajoute l’organisme.

« Cela exigera cependant des progrès sur la troisième flèche des abenomics » (celle des réformes structurelles), en complément des largesses budgétaires et de la souplesse monétaire.

L’OCDE appelle aussi le secteur privé à faire preuve de « davantage de dynamisme ». Et elle invite les autorités et les entreprises à faciliter le couplage entre le travail et la vie privée, en augmentant, notamment, le nombre de structures d’accueil pour les petits.

SOURCE : Le Monde

Leave a Reply