INCENDO
Sur le rapport entre genres & classes. Revue de presse & textes inédits
Canada : militaires agressés sexuellement

berenice-abbott-1898-1991-10Au moins 960 militaires agressés sexuellement depuis un an

Le patron des Forces armées canadiennes (FAC) s’est dit « extrêmement déçu » des résultats d’un sondage démontrant que l’inconduite sexuelle au sein des rangs de l’armée demeure aussi prévalente un an après la publication du rapport Deschamps.
Selon cette enquête de Statistique Canada réalisée entre avril et juin derniers, environ 960 membres des FAC ont déclaré avoir été victimes d’une agression sexuelle au cours des 12 mois précédents.
Le sondage rendu public lundi lève aussi le voile sur l’ampleur du phénomène chez les femmes : plus du quart d’entre elles, soit 27,3 %, ont affirmé avoir été victimes d’agression sexuelle au moins une fois depuis leur enrôlement au sein des FAC.

« Je suis extrêmement déçu », a laissé tomber le chef d’état-major Jonathan Vance en conférence de presse au quartier général de la Défense nationale, à Ottawa, lundi matin.

Les résultats sont d’autant plus décevants si l’on considère que ces gestes ont été posés « après que j’ai donné l’ordre à tous les membres des Forces armées canadiennes que ce comportement devait cesser », a poursuivi le haut gradé.

Le général Vance a lancé en juillet dernier l’opération HONOUR dans la foulée de la publication d’un rapport de l’ancienne juge de la Cour suprême, Marie Deschamps, qui concluait à l’existence d’une culture de la sexualisation « hostile » aux femmes et aux homosexuels.

Culture bien enracinée

Les résultats de l’enquête à participation volontaire, à laquelle ont répondu environ 53 % de membres de la Force régulière et de réservistes, démontrent que cette culture est encore bien enracinée.

« Elle est encore très présente, oui, absolument », a reconnu l’adjudant-chef Kevin West.
Et il faudra du temps avant que cette culture ne soit éradiquée, a prévenu le haut gradé.

« Ça fait quoi, un an et demi, peut-être deux ans, que le rapport de Mme Deschamps est sorti… Un changement de culture, normalement, ça se passe en décennies. Je veux dire, ça prend trois générations, changer une culture », a exposé l’adjudant-chef West.

L’enquête réalisée auprès de 43 000 membres des Forces armées canadiennes, soit environ 43 pour cent de l’effectif total, révèle par ailleurs que quatre membres sur cinq de la force régulière ont vu, entendu ou vécu des comportements sexuels discriminatoires.

SOURCE : Le Devoir

Leave a Reply