INCENDO
Sur le rapport entre genres & classes. Revue de presse & textes inédits
Écosse : grève de femmes prolétaires
Categories: Grèves, Monde : Europe

Glasgow : 8000 femmes en grève pour l’égalité salariale

Les 23 et 24 octobre, des milliers de femmes employées par la municipalité de Glasgow ont participé à l’une des plus grandes grèves de l’histoire du Royaume-Uni pour l’égalité de salaire entre hommes et femmes. Le succès de leur mobilisation ouvre un cycle de négociations avec le conseil municipal après des années de tergiversations. Cette grève fait écho à celle massive des femmes espagnoles le 8 mars dernier.

« Ces femmes sont les rouages qui font tourner notre ville. Elles nettoient, éduquent et soignent certaines des personnes les plus vulnérables. Pourtant, malgré les services vitaux qu’elles fournissent, leurs rôles sont toujours sous-évalués. », a déclaré Mary Dawson, la présidente de la section Unison, un des deux syndicats à appeler à la grève. Et effectivement, les crèches de la ville comme des centaines d’écoles ont fermé leurs portes au moment où des milliers de femmes, employées par la municipalité de Glasgow, ont cessé le travail les 23 et 24 octobre.

Les grévistes dénoncent un écart de salaires avec leurs collègues masculin pouvant atteindre trois livres sterling de l’heure et sur l’ensemble d’une année environ 4000 livres. Lors de la première journée de grève, les services de la collecte des déchets ont aussi été perturbés, les travailleurs hommes refusant de franchir les piquets de grève installés par les employées municipales. Une tradition ouvrière de refus de briser la grève encore vivace de ce côté de la Manche, où traverser un piquet de grève n’est pas socialement admis et où le sentiment d’appartenance à une classe sociale est plus aigu.

Une grève qui lève les blocages politiques

Au premier jour des 48 heures de grève, des milliers de femmes ont défilé depuis le parc de Glasgow Green jusqu’à l’hôtel de ville, montrant la puissance de leur mouvement. Une force en passe de modifier la position de la mairie de Glasgow. La veille, Susan Aitken la chef de file du Parti national écossais (SNP) qui gère la ville arrachée au parti travailliste avait déclaré le mouvement inutile, dévastateur et pénalisant pour les usagers. « Ils ont eu gain de cause le jour où le SNP a été élu à la direction du conseil municipal de Glasgow et nous travaillons depuis pour leur rendre justice », a-t-elle déclaré à la BBC au sujet de la grève.

Mais les employées municipales et leurs syndicats en ont jugé autrement. Lassées d’attendre elles ont décidé de donner de la voix. Jusqu’ici, pas moins de 21 réunions s’étaient tenues au sujet des rémunérations des femmes, sans réelles avancées. Le coût d’un rattrapage salarial prenant en compte les discriminations depuis 2006 n’y est pas étranger. Il est estimé à plusieurs centaines de millions de livres. Cependant, dès le jeudi 25 octobre, les syndicats GMB et Unison ont été reçus à l’hôtel de ville. Ce coup-ci, les deux parties se sont dites satisfaites à la sortie de la réunion et ont fait état d’avancés. Un cycle de négociations resserré dans le temps vient de s’ouvrir.

SOURCE : rapportsdeforce.fr

Leave a Reply