INCENDO
Sur le rapport entre genres & classes. Revue de presse & textes inédits
Gilets jaunes femmes

Passage consacré aux « Gilets jaunes femmes » extrait d’un long article de Tristan Leoni sur Gilets jaunes :

« C’est pas du chiqué
quand les femmes s’y mettent
»25

L’Acte I des Gilets jaunes n’est pas achevé que, déjà, ils se trouvent qualifiés par le gouvernement et les médias des pires adjectifs du moment, racistes, « islamophobes », ou homophobes ; accusations à chaque fois basées sur un incident censé refléter l’ensemble de la mobilisation. On y ajoute aussi le qualificatif de « sexistes »26, sans pour autant s’appuyer sur un cas précis ; le qualificatif diffamant est asséné comme une évidence – pour la bourgeoisie, le prolo mal dégrossi, débarquant de sa campagne la clope au bec, ne peut en effet qu’être « sexiste ». Ce n’est pas aussi simple.
Car il y a tout d’abord les femmes. Elles sont partout. Il s’agit sans doute de l’un des mouvements sociaux les plus mixtes qu’on ait connus (on parle de 40 à 45 % de femmes), sur les ronds-points, dans les manifestations mais aussi parmi les porte-paroles et référents, y compris dans les médias. Certains collectifs de Gilets jaunes se dotent même parfois de porte-paroles paritaires. À un tel niveau c’est sans doute une première. Pour l’historien Xavier Vigna, « l’égal engagement des femmes montre, peut-être pour la première fois, que le monde du travail dans son entier est aussi un monde féminin. Elles rendent visibles qu’elles sont présentes partout, dans les secteurs de la logistique, dans les services, dans les usines, etc. »27 On a rarement vu autant de femmes descendre dans les rues en France dans le cadre d’un mouvement social.
La présence des femmes dans les protestations et les grèves – croissante depuis les années 1970, en fonction des particularités sectorielles – est généralement perçue comme un signe de radicalité. On les remarque peut-être ici davantage parce que le mouvement des Gilets jaunes est lié à la vie quotidienne, à cette question de la reproduction de la force de travail où les prolétaires femmes jouent encore un rôle central, et à laquelle elles se renvoient elles-mêmes dans les nombreux témoignages et interviews. Lorsqu’une ouvrière, mère de deux enfants, explique qu’elle peine à les nourrir et qu’elle ne peut leur faire de cadeaux, c’est évidemment particulièrement poignant ; mais, ça l’est d’autant plus que, en France, on n’entend généralement pas ce type de propos dans les luttes, par exemple lors d’une grève de cheminots ou d’enseignants. C’est la précarité des prolétaires femmes qui saute à la gueule de celui qui est assis devant son écran.

Reflets de la sociologie générale des Gilets jaunes, les Gilets jaunes femmes sont le plus souvent des prolétaires femmes peinant à boucler leurs fins de mois, souvent des mères isolées avec enfants et, semble-t-il, assez peu de femmes au foyer (femmes de prolétaires). Les prolétaires femmes sont, on le sait, particulièrement victimes de la précarité et de l’intensification de l’exploitation capitaliste ; elles sont par exemple surreprésentées dans les métiers les moins payés ou subissent le temps partiel imposé. Le rond-point est, de fait, le seul lieu de rencontre et de mobilisation possible pour ce type de prolétaire sans lieu de travail fixe, par exemple pour des intérimaires ou des travailleuses indépendantes dans l’aide à la personne28.

À partir de décembre, ont eu lieu dans certaines localités (Boulogne) des réunions et manifestations distinctes de Gilets jaunes femmes ; elles ont souvent lieu le mercredi car c’est le jour où une femme qui a des enfants ne peut pas travailler. Puis des groupes Facebook ad hoc apparaissent et s’amorce une tentative de mobilisation spécifique de Gilets jaunes femmes au niveau national. Le dimanche 6 janvier (lendemain de l’Acte VIII), des manifestations que des militants qualifieraient de « non-mixte » (ce qu’elles sont sauf exceptions) ont lieu dans plusieurs villes ; le rendez-vous se veut hebdomadaire. L’objectif affiché est de donner un autre reflet du mouvement, « une image plus apaisée, plus positive », c’est-à-dire moins violente et virile que celle des samedis.
Il est bon de rappeler ici que, comme leurs homologues masculins, les Gilets jaunes femmes sont généralement des primo-manifestantes n’ayant pas d’expérience d’engagement politique ; on est donc ici loin de la sociologie des militantes féministes qui est celle des militants. Les organisatrices de ces événements précisent souvent : « ce n’est pas une lutte féministe, mais féminine ». Cette méfiance vis-à-vis du mot « féministe », assez ancienne, est à souligner car on assiste, depuis quelques années, à son retour en grâce dans les médias et la politique, et il est désormais de bon ton pour les célébrités de se qualifier ainsi. De ce fait, le féminisme se trouve généralement mis par les Gilets jaunes dans le même sac que les mouvements politiques, les médias et les « élites », et considéré avec autant de mépris. Il est vrai que pour les Gilets jaunes le féminisme ne s’incarne pas dans Simone de Beauvoir ou Christine Delphy mais, au mieux, dans la très macroniste ministre Marlène Schiappa… et, sur les réseaux sociaux, la figure de référence des Gilets jaunes femmes n’est pas Rosie la Riveteuse mais bien plutôt Marianne. Le fait que des féministes « bourgeoises » aient demandé aux Gilets jaunes de reporter leur Acte II, afin de ne pas « invisibiliser » la manifestation contre les violences sexistes du 24 novembre, n’a sans doute pas arrangé les choses. On a toutefois pu assister, ce jour-là, à des jonctions, du moins des marques de sympathie de cortèges Gilets jaunes envers ceux organisés par les organisations féministes en province (Montpellier, Nantes).
Bien plus tard, au lendemain de la journée internationale des droits des femmes, acte XVII (9 mars), des femmes sont en tête des manifestations Gilets jaunes dans plusieurs villes. À Paris, elles lancent des slogans appelant à la fin du patriarcat ou à l’égalité entre femmes et hommes… La fréquentation des ronds-points permet certes une maturation politique, mais peut-être pas une transformation aussi rapide des Gilets jaunes femmes en farouches féministes radicales. On a surtout affaire, ce jour-là, dans la capitale, à des militantes politiques, syndicales et associatives absentes des cortèges en novembre et décembre (reconnaissables à leurs habits, autocollants, mégaphones, etc., et au fait que peu d’entre-elles arborent d’ailleurs la chasuble jaune).

Les Gilets jaunes femmes n’ont pas, au sein du mouvement, de revendications spécifiques ; celles habituellement portées par les organisations féministes, ne serait-ce que l’égalité salariale, sont généralement absentes. Tant il est vrai que les Gilets jaunes recherchent avant tout l’unité et évitent ce qui peut les différencier, donc les diviser ; le spécifique est justement ce qu’ils rejettent (nous y reviendrons). « En revanche, d’un autre côté, la question de la précarité, qui pèse plus particulièrement sur les femmes et qui est au cœur du mouvement est souvent mise en avant. Cette précarité est en outre comprise comme une  » double peine  » qui pèse sur les femmes : leur  » devoir familial  » devient impossible à remplir dans les conditions de précarité qui leur sont faites. On n’est pas dans le rejet de cette assignation en tant que telle, mais dans la dénonciation par les femmes de l’impossibilité qu’il y a à maintenir tous leurs rôles sociaux à la fois. »29 Les positionnements et discours des Gilets jaunes femmes seraient d’ailleurs, en d’autres circonstances, qualifiés de cisgenrés, hétéronormés ou d’essentialistes. Un des principaux groupes Facebook appelant à la mobilisation du 6 janvier précise ainsi : « Nous restons complémentaires et solidaires aux hommes […] Nous voulons montrer que nous sommes la mère patrie, en colère et nous avons peur pour l’avenir de nos enfants. » Les Gilets jaunes femmes mettent surtout en avant dans les slogans, sur les pancartes et les banderoles, la famille et les enfants dont la charge leur revient en plus du travail salarié (assez loin des problèmes des femmes plus favorisées qui peuvent plus aisément concilier travail et vie de famille). On ne questionne ni ne critique le rôle des femmes, on le revendique au contraire, en particulier celui de mère qui confère une reconnaissance à l’instar de celui qui a un « vrai » travail ou de cet autre qui se met « à son compte ». Oui, au sein du prolétariat on est assez peu au courant des percées théoriques qui révolutionnent les milieux universitaires et militants ; faire des enfants y est encore bien souvent jugé comme quelque chose de « normal » et même, évidemment, de « naturel ». On y sait par contre la galère noire que cela entraîne, surtout pour la mère, mais ce n’est pas perçu comme un frein à son ascension sociale, une carrière ou des études… impensables. En une période de crise rampante, la famille reste pour beaucoup de prolétaires un repère, un refuge et une valeur qui contraste avec l’amoralité supposée des « élites ». Les militantes féministes (tout comme ceux d’extrême gauche) qui se rendent sur les ronds-points « découvrent » le fossé qui les sépare des femmes des classes populaires qui, d’ordinaire, ne participent à aucune manifestation.

Le mouvement est trop diversifié pour qu’on puisse dire si la présence des femmes sur les ronds-points a bouleversé quoi que ce soit dans le fonctionnement des couples comptant au moins un gilet jaune (quid des Gilets jaunes femmes dont les maris sont gendarmes ?) ; la présence sur les ronds-points n’a elle-même que peu impacté la vie quotidienne, sauf pour une poignée d’enragés campant sur place pendant des semaines. Rien qui, en définitive, puisse troubler le genre. Ce sont plutôt des fiançailles et des mariages qui ont été célébrés sur les barrages de Gilets jaunes. Rien que de très hétéronormé. La très forte présence de femmes y compris comme « leaders » ne modifie pas l’ordre genré des choses.
Il aurait fallu pour cela que la vie quotidienne soit pleinement perturbée. Tant que le travail la structure, tant que la Gilet jaune bosse huit heures par jour, tant que les enseignants s’occupent des enfants durant la journée, l’ordre genré des choses ne peut être remis en cause car, même si dans la lutte hommes et femmes sont sur un pied d’égalité, il n’en va pas de même dans la sphère privée – un réel bouleversement poserait inévitablement la question du travail domestique, principalement effectué par les femmes et lié à la reproduction de la force de travail30. Et si, dans certaines villes, se mettent en place des garderies pour permettre au plus grand nombre de se rendre aux manifestations, il y a fort à parier que ce type d’auto-organisation se fait aussi, « naturellement », en non-mixité.

Pour en finir avec cette question, précisons que l’ordre genré des choses est forcément hétérosexuel. L’accusation d’homophobie portée à l’encontre du mouvement me paraît pourtant relever d’une construction médiatique ne s’appuyant que sur un seul incident survenu le 17 novembre31. Si, sur les ronds-points, les queers, trans et LGBT sont de toute évidence absents, c’est en tant que membres ou représentants de catégories ou communautés spécifiques, donc en tant que militants (les prolétaires non plus ne sont pas là en tant que). Mais, qui a fréquenté sérieusement les Gilets jaunes sait qu’on y rencontre aussi des prolétaires ayant des pratiques homosexuelles, y compris parfois parmi les « leaders ». Et alors ? Les orientations sexuelles de tel ou tel Gilet jaune n’importent pas sur les ronds-points, elles ne sont pas un sujet. L’hétérosexualité qui y est, implicitement, la norme, n’est autre que celle qui, globalement, domine encore dans la société32.

Le seul bémol à la parité chez les Gilets jaunes est dans le rapport à la violence. La lutte des Gilets jaunes n’a rien d’un séminaire de sociologie, elle est rude, virile et salissante et, lorsqu’il s’agit de gérer une action, le déchargement d’un camion de palettes ou la prise d’assaut d’une barrière de péage, les grandes gueules masculines ont bien souvent l’avantage. Quant aux affrontements avec les CRS, ils semblent être le seul domaine majoritairement masculin, sans être pour autant non-mixte puisque beaucoup de jeunes prolottes n’y vont pas de main morte33. De ce point de vue, l’épisode du boxeur Christophe Dettinger survenu lors de l’Acte VIII (5 janvier) est assez caractéristique ; son intervention est présentée par les Gilets jaunes comme le geste chevaleresque d’un homme voulant défendre une femme matraquée au sol par des gardes mobiles. Les Gilets jaunes se posent comme l’incarnation du monde à l’endroit ; les flics, eux, ne respectent rien. Les Gilets jaunes savent aussi utiliser cette image de « la femme » fragile et pacifique dans les manifestations non-mixtes du dimanche, ou bien encore par l’utilisation de femmes pour constituer des services d’ordre empêchant que les manifestants les plus déters ne viennent au contact des CRS.

Les prolétaires femmes sont bien les seules à se différencier au sein des Gilets jaunes, mais comme partie d’un ensemble indivisible… Elles ne sont pas différentes, elles sont identiques aux Gilets jaunes hommes mais disposent d’« un truc en plus » qui n’en fait pas pour autant un groupe à part. Toute autre manifestation spécifique aurait été impensable (par exemple celle de Gilets jaunes issus d’une immigration extra-européenne, ou des Gilets jaunes « handicapés »). Les manifestations du dimanche n’ont d’ailleurs pas connu un grand succès et, le déclin du mouvement aidant, ces rendez-vous ont cessé. S’y exprimait, assez fièrement, la classique différence/complémentarité entre les hommes et les femmes, naturalisée, sans pour autant sombrer dans la caricature de la femme au foyer. On est toutefois très loin des théorisations sur le genre.

SOURCE : ddt21.noblogs.org

NOTES:

25Une Gilet jaune, 6 janvier 2019 à Paris.

26Les termes sexiste ou sexisme sont par ailleurs assez vagues, renvoyant davantage à un comportement individuel qu’à un phénomène structurant la société (qui est sexuée ou genrée). De plus, le qualificatif « sexiste » n’a évidemment pas le même sens dans la bouche d’un ministre ou d’une militante LGBT.

28À noter qu’à plusieurs reprises des groupes d’assistantes maternelles en lutte contre la réforme de l’assurance chômage, arborant des « Gilets roses », se joignent aux manifestations.

30Sur ces questions, on se reportera ici utilement aux articles du numéro spécial « Genres et classes » de la revue Incendo parue en octobre 2012. Quant aux couples homosexuels, si au départ la répartition des tâches liées à ce travail domestique est plus égalitaire, il n’en va plus de même dès lors qu’il y a un enfant : c’est en général le parent au salaire le plus élevé qui participe le moins au travail domestique. Claire Levenson, « La répartition des tâches ménagères est plus équitable dans les couples homos (sauf quand ils ont des enfants) », slate.fr, 17 mai 2018.

31Les Gilets jaunes qui ce jour-là, à Bourg-en-Bresse, s’en sont pris à un automobiliste (surtout à sa voiture) visaient-ils un « homosexuel » comme les grands médias l’ont rapporté ou bien un élu de la majorité PS du conseil municipal de la ville ? Le récit que donne la presse locale de l’agression laisse au moins planer le doute, le pouvoir en fait lui un usage certain et, de cet incident, certains concluent même que « les Gilets jaunes cassent du pédé ». En janvier 2019, le maire d’Alès est lui aussi chahuté dans sa voiture par des manifestants Gilets jaunes, mais ce n’est probablement pas pour son hétérosexualité affichée.

32L’usage du terme « pédé » ou « enculé » est fréquent chez les Gilets jaunes, comme il l’est pour une très large partie des habitants de l’Hexagone. C’est regrettable car une pratique sexuelle ne devrait pas être une insulte d’autant que cela contribue et véhicule une homophobie latente dans la société. Mais lorsqu’un Gilets jaunes très énervé s’exclame « Viens ici petit pédé, j’vais t’enculer moi tu vas voir ! », pour interpeller un automobiliste lui aussi énervé, il ne s’agit en aucune manière d’un jugement de valeur porté sur les pratiques sexuelles réelles ou supposées de cette personne. Même lorsqu’ils cherchent à être moins vulgaire, les Gilets jaunes n’arrangent pas forcément leur cas, comme avec la pancarte « La sodomie c’est fini ! » interprété par certains comme la volonté giletjaunesque de mettre fin à l’homosexualité alors que ce n’est que la version polie de « Y’en a marre de se faire enculer ! ». Les prolétaires s’expriment (malheureusement) sur les ronds-points comme ils le font quotidiennement, au bistrot ou la pétanque et (malheureusement) pas comme dans un squat queer non-mixte. Sur la question de la sexualité en milieu ouvrier, et plus particulièrement des pratiques homosexuelles, on se reportera avec intérêt au livre de Gilles Dauvé, Homo : Question sociale et question sexuelle de 1864 à nos jours, Niet !, 2018, 272 p., et plus particulièrement à l’entretien avec Fabrice qui s’y trouve retranscrit, p. 213-227.

33Chez les militants insurrectionnalistes, habitués à ce type de combats et qui, progressivement, rejoignent le mouvement des Gilets jaunes, les femmes sont proportionnellement plus nombreuses mais toujours très minoritaires.

Leave a Reply